Le Guide du tandem (chapitre 7) : Les zones cyclables et leurs pièges

7. Les zones cyclables et leurs pièges

de Daniel GOUY

Les zones cyclables sont aménagées de façon à isoler les cyclistes du reste de la circulation et donc de les protéger. La réalisation de telles zones s’avèrent très difficile et induit des risques nouveaux plus ou moins graves que nous allons présenter. En fait ces zones sont de différentes natures : piste cyclable, bande cyclable, couloir de bus ouvert aux vélos, double sens cyclable en ville et voies vertes et vélo route en zone rurale.

La piste cyclable est une chaussée spécifique isolée des voies de circulation, réservée aux vélos mais ouverte à d’autres usagers : piétons, jogger, roller, chevaux et chiens et parfois cyclomoteurs. Le principal avantage de la piste cyclable est d’isoler le cycliste de la cohabitation avec les véhicules plus rapides. La rançon à payer pour cet isolement est la difficulté d’entrer et de sortir et un entretien qui laisse souvent à désirer. Le balisage de l’entrée d’une piste cyclable est souvent insuffisant et lorsqu’on passe pour une première fois il n’est pas rare de louper l’entrée et ce d’autant plus que la piste est à double sens mais se trouve sur la gauche de la voie principale. On reste donc sur la voie principale et on se trouve en infraction si le balisage est le panneau bleu rond (piste cyclable obligatoire). Dans ce cas il faut essayer de rentrer sur la piste au plus tôt mais c’est souvent difficile en raison de son isolement.

Autre piège, l’entrée souvent n’est pas plate mais présente une marche plus ou moins haute qui oblige à fortement ralentir sous peine de pincer ou de voiler une roue. L’entrée présente aussi des obstacles volontaires (bornes, quilles, barrières chevauchantes etc.) pour empêcher les autres véhicules de passer sur la piste mais dangereux pour les vélos et complètement inadmissible pour les tandems qui ne peuvent passer sans s’arrêter en raison de la longueur. De plus les barres en bois non peintes sont souvent peu visibles. A la sortie on retrouve les mêmes difficultés avec en outre le danger de déboucher sur la route principale. Le balisage est alors un céder le passage ou un stop. Il convient donc d’être très vigilant de ralentir et éventuellement s’arrêter. Les mêmes risques apparaissent chaque fois que la piste cyclable coupe la route principale avec en outre un virage à angle droit juste avant et après le croisement ce qui est toujours délicat à négocier en tandem surtout si la piste est tracée sur un trottoir et donc très étroite.

Une piste cyclable qui suit une route principale croise également toutes les routes secondaires. En général le cycliste n’a pas la priorité ce qui est indiqué par un céder le passage ou un stop. Il convient donc là aussi d’être très vigilant de ralentir et éventuellement s’arrêter. Dans ces croisements le danger vient essentiellement de la gauche car les véhicules arrivent dans l’angle mort. Il faut donc bien tourner la tête à gauche avant de s’engager. Sur la droite l’angle est plus ouvert et la visibilité meilleure. A ces carrefours on se trouve souvent dans des situations délicates car nous devons laisser la priorité au véhicule croisé qui doit lui même laisser la priorité au véhicule se trouvant sur la voie principale et s’arrête donc sur la piste cyclable. On doit donc attendre que ce véhicule s’engage avant de passer. Quant aux pistes cyclables qui suivent un carrefour à sens giratoire en restant sur les trottoirs c’est l’horreur en tandem.

Il faut être aussi très vigilant avec les sorties privées, (garage, portail etc.) qui croisent la piste cyclable. Dans ce cas on est prioritaire mais la visibilité est très mauvaise pour les 2 véhicules.

Parfois des souterrains sont aménagés pour éviter les croisements importants mais ils sont souvent mal drainés et présentent des flaques d’eau ou du sable et des graviers, donc prudence.

Sur les pistes cyclables il y a souvent des obstacles car l’entretien est insuffisant : trous en formation, branches, haies mal taillées, sable gravier, tessons de bouteilles, crottin de cheval, crotte de chien. De plus les racines d’arbre soulèvent et même défoncent la chaussée. Ces obstacles rendent la conduite inconfortable avec risque de chute et de crevaison.

Le tracé est souvent long, difficile et tortueux alors que la voie principale emprunte un trajet beaucoup plus rapide.

Pour toutes ces raisons le cycliste et le tandémiste en particulier est tenté de ne pas suivre la piste cyclable. La prise de risque supplémentaire est à évaluer à chaque fois sachant que selon le balisage l’usage de la piste peut être obligatoire.

La conduite sur piste cyclable présente également quelques particularités. Le dépassement des piétons et des roller nécessite de les prévenir suffisamment tôt avec la sonnette (voir 5.4) mais aussi de vérifier qu’ ils nous ont bien entendu car ils sont souvent équipés d’appareils pour écouter de la musique. En présence d’animaux (chevaux, chiens avec ou sans laisse…) et d’enfants il faudra ralentir et veiller aux réactions de surprise.

Le croisement de groupes importants de cyclo roulant et discutant sur plusieurs files est aussi délicat.

La bande cyclable est une voie de la chaussée délimitée par des bandes blanches, réservée aux cyclistes. Très fréquentes en ville elles ont peu d’intérêt et sont dangereuses car les véhicules y stationnent obligeant ainsi les vélos à faire des écarts d’autant plus dangereux que ces voies sont étroites. Elles permettent essentiellement aux municipalités de dire qu’elles ont fait quelque chose pour les vélos et d’augmenter le nombre de Km dit cyclables.

Par contre sur route, si elles sont suffisamment larges, elles permettent effectivement de sécuriser les tandems surtout en montée dans les zones où le trafic routier est important et rapide.

Les voies vertes et vélo route qui sont encore très peu développées ont l’inconvénient d’avoir souvent des revêtements de qualité très inégale passant de l’enrobée au sable et parfois au tout terrain. Il faut donc se renseigner à l’avance sur leur nature sinon on risque d’avoir des surprises. De plus elles présentent les mêmes pièges et inconvénients que les pistes cyclables à l’entrée, à la sortie et aux croisements.

Publicités