Le MTCH se mesure à l’arrière-pays Biterrois

Hauts les coeurs ! C’est la philosophie qui anime les membres du Montpellier Tandem Club de l’Hérault. Et les quatorze participants partis se mesurer aux reliefs excitants aux alentours de Saint-Chinian ne faisaient pas exception à la règle. Quatre équipages, guides et handis, plus deux vélos solos, ont donc donné tout ce qu’ils avaient dans les mollets pour faire honneur au parcours concocté à leur attention par Jean-Marc Moret et Daniel Gouy, deux des premiers adhérents et piliers du club, qui ont maintes fois animé des sorties et donné de leur temps. Le gîte et le couvert étaient assurés par le Centre de vacances Malibert, au dessus de Babeau-Bouldoux.

 Le samedi après-midi tous s’élançaient pour une première boucle de 35 kms qui, après une première coquine montée, bienvenue pour faire la « mise en jambes », s’est ensuite apparentée à une superbe ballade passant par des paysages de vignes, de pins et de charmants villages, Villespassans, Cruzy, et retour par Cebazan après une petite perçée dans l’Aude. Un pédalier bloqué, en fin de parcours a mobilisé une partie de l’équipe pendant que d’autres grapillaient sur les vignes alentour de délicieuses grappes de raisins, ravitaillement bienvenu et gratuit !  « Un cache-misère », dixit Christian, était mis en place, qui permit tout de même d’atteindre St-Chinian où le propriétaire des Cycles Mari a gracieusement, et en un tour de clef,  su réparer la panne. Toute l’équipe reconnaissante put rentrer au gîte, malgré une dernière grimpette très rude.

Le repas du soir réunissait un congrès d’astronomes venus là étudier les super-novae depuis un observatoire, donnant lieu à un apéro des plus convivial et oecuménique, le délicieux petit vin blanc de Babeau qui était servi n’y étant pas étranger.

 Le lendemain la boucle partait vers Roquebrun, permettant de pédaler à travers des paysages superbes. D’aucuns purent même aperçevoir un cervidé, traqué par des chasseurs en gilet fluo. La descente vers Cessenon sur Orb était grisante, sachant qu’un tandem va deux fois plus vite qu’un vélo, grâce au poids total de l’équipage. A midi le repas fut dévoré d’excellent appétit ! Mais ensuite pas moyen de trouver un cabaretier qui accepte de servir 14 cafés « C’est la première fois que cela m’arrive dans un village », disait Daniel Gouy. Qu’à cela ne tienne, la suite du parcours, où les tandemistes rallièrent St Chinian via Vieussans, avec un petit vent taquin, leur fit sentir tout le bonheur d’appuyer sur les pédales !

 Anne GUIGOU

Publicités